Lespritreveur

L'écriture pour se libérée

Fuck You !!

Classé dans : Non classé — 24 janvier, 2017 @ 11:58

3124469843_1_3_JK052m9B

 

 

Les gens savent parlé, critiqué, insulté, parlé et parlé. Je voudrais dire une chose à ces gens, arrêté de parlé sur les autres vous ne savez rien de leur histoire, de leur vie, de leur passé. Arrêté de critiqué sans savoir pourquoi il/elle est comme sa, sans rien savoir. Arrêté d’insulté sans connaitre véritablement le sens du mot que vous employé.. Arrêté ! Donné-moi une raison pourquoi vous faites cela.. En réalité sa ne vous sers à rien.. Parlé, critiqué, insulté ? Ne sers à rien, n’apportera rien dans votre vie, ça apportera juste de la douleur, de la tristesse dans la vie de l’autre. Les gens savent parlé, critiqué, insulté, parlé et parlé sans se regarder eux même.. Avant de parlé sur d’autre regarde toi bien, regarde bien comment tu vis, comment tu réagis et là tu te diras que ce que tu faisais ne servaient à rien.. Tu veux vraiment parlé, critiqué, insulté quelqu’un ? Tu peux le faire, mais fait le seulement si tu connais vraiment son histoire, sa vie, son passé.. Si tu le connais pas ? Tu as juste à te la fermer et vivre ta vie et laisser cette personne vivre la sienne comme elle l’entend !

 

Tu veux te suicider ?

Classé dans : Non classé — 24 janvier, 2017 @ 10:54

Tu rentres des cours un soir, après une horrible journée, encore. Tu es prête à tout abandonner cette fois. Tu vas dans ta chambre, tu fermes la porte, tu reprends ce morceau de papier, cette lettre de suicide, que tu as écrit maintes et maintes fois, encore et encore. Tu prends cette lame de rasoir, et t’ouvres les veines pour la dernière fois. Tu prends cette boite de pilules, et les avales toutes. Tu t’allonges patiemment, tenant cette lettre sur ta poitrine, tu fermes les yeux pour la dernière fois. Une heure plus tard, ton petit frère toque à ta porte pour te dire que le dîner est prêt. Tu ne réponds pas alors il entre, il voit seulement que tu es allongée sur ton lit, alors il pense que tu dois dormir. Il redescend et dit ça à ta mère. Elle monte dans ta chambre pour te réveiller, mais remarque que quelque chose ne va pas. Elle prend la feuille que tu as dans les mains, et la lis. Sanglotant, elle te secoue, crie ton prénom, mais tu ne bouges pas. Ton frère, désorienté, cours dire à ton père que ta mère n’arrive pas à te réveiller. Ton père montre les escaliers affolé, voit ta mère en train de pleurer, tenant fermement cette lettre contre sa poitrine, près de ton corps sans vie. Il comprend rapidement, et se met à crier, jetant un objet à travers la pièce. Puis, il tombe à genoux, et se met à pleurer. Ta mère s’approche difficilement de lui, ils se prennent dans les bras, et pleurent. Le lendemain à ton lycée, la principal annonce ton suicide à la classe. Cela prend quelque seconde avant que chacun se rendent compte, puis, tout le monde devient silencieux. Ils se blâment tous eux-même. Tes professeurs pensent qu’ils ont été trop durs avec toi. Ces filles populaires repensent à tout ce qu’elles t’ont dit de méchant, bêtement. Ce garçon qui avait l’habitude de t’ennuyer et de t’insulter, ne peux pas s’empêcher de se haïr pour n’avoir jamais osé te dire à quel point il te trouvait belle en vérité. Ton ex petit copain, celui à qui tu disais tout, celui qui t’a largué, pourtant il ne peut pas supporter d’entendre cette nouvelle, il s’effondre, se met à pleurer puis quitte la classe. Tes amis? Ils sanglotent aussi, se demandent comment ils ont fait pour ne pas se rendre compte que quelque chose n’allait pas, ils auraient aimé pouvoir t’aider avant qu’ils ne soit trop tard. Et ta meilleure amie? Elle est en état de choque, elle ne peut pas y croire. Elle savait ce que tu traversais, mais elle ne pensait pas que ça pouvait aller si mal… au point d’en finir. Elle ne peut pas pleurer, ne peut rien ressortir. Elle se lève, et sort de la classe. Dans le couloir, elle s’effondre par terre, tremblante, se met à crier, mais aucune larme ne sort. Quelques jours plus tard, à ton enterrement. Il y a foule, beaucoup te connaissaient, et appréciaient cette fille pétillante. Celle qui était toujours là pour les autres, l’épaule sur laquelle on pouvait pleurer. Ils parlent tous des bons souvenirs qu’ils ont eu avec toi. A tous, on peut voir des larmes couler de leurs yeux. Ton petit frère ne sait toujours pas que tu t’es suicidé, il est trop jeune. Tes parents lui ont seulement dit que tu étais décédée. Ça le blesse, énormément. Tu étais sa grande sœur, tu étais supposée être toujours là pour lui. Ta meilleur amie, elle essaye de rester forte durant toute la cérémonie, mais au moment où ton cercueil est mis en terre, elle perd tout moyen, et se met à pleurer comme elle n’a jamais pleurer. Et elle continuera, pendant des jours, et des jours. Deux ans plus tard. Tes amis, pour la plupart tombés dans la dépression, parlent toujours à un conseiller/thérapeute une fois par semaine. Certains de tes professeurs ont tout simplement quittés leur job. Ces filles populaires ont maintenant des troubles alimentaires. Ce garçon qui t’insultait, s’ouvre les veines. Ton ex petit ami ne sait plus comment aimer et n’a jamais pu avoir une relation stable à nouveau. Ta meilleure amie? Elle a essayé de se suicider, elle n’a pas réussi comme toi, mais elle a essayé, plusieurs fois. Ton frère? Il a finalement découvert la vérité sur ta mort. Il se coupent, s’ouvre les veines, pleure le soir. Il fait tout ce que tu as fait pendant des années, et qui t’a conduit au suicide. Tes parents? Leur mariage est tombé à l’eau. Ton père est devenu alcoolique, pour le distraire du mal que lui a causé ton décès. Ta mère est tombée dans une profonde dépression qui la tue à petit feu et reste clouée au lit toute la journée. Les gens ne s’en fichent pas. Tu ne le remarque peut-être pas, mais ils ne s’en fichent pas. Tes choix ne t’affectent pas seulement toi, ils affectent tout le monde autour de toi. Ne mets pas fin à tes jours, il te reste tellement à vivre. Les choses ne peuvent pas s’améliorer si tu abandonnes. Je suis là pour quiconque a besoin de parler, ou autre, peu importe qui vous êtes. Même si nous n’avons jamais parlé avant, je suis là pour vous. Alors s’il vous plaît, trop de gens partent trop vite alors qu’il ne le voulait pas. La vie est faite pour qu’on ce batte, y’a toujours pire que nous ailleurs. Si ça ne va pas, défoulez vous, hurler, parlez.. Mais ne baissez jamais les bras.

 

3127821248_1_2_SuuiQx9R

La réponse est NON

Classé dans : Non classé — 24 janvier, 2017 @ 10:31

3129894894_1_2_8tMVAgPZ

 

Oublier? Mais comment ça oublier? Comment veux tu que j’oublie nos moments ensemble, chaque pas que je fais me ramène à ce que tu es. Ta voix, ton sourire, ton rire, tes manières, ton odeur, tes mains, ton regard, la douceur de tes lèvres et celle de ta peau, tes bras autour de moi, tes doigts glissants entre les miens avec une harmonie d’amour, et tes petits « Je t’aime » au creux de mon oreille.. Comment veux tu que j’oublie tout ça alors que c’est la plus belle chose qui me soit arrivé dans ma vie? Peut-être que pour toi c’est facile, les sentiments ne sont plus là, mais imagine pour moi. Je sais que tu t’en fou seul ta propre personne compte a tes yeux, mais s’il te plait, essaye de te mettre à ma place rien qu’une seule seconde.Je me rappel de chaque mots que tu me disais, et je me trompe peut-être mais, je pense que c’était du faux. Tout. Chaque paroles que tu prononçais n’étaient que des mensonges, aux quels je croyais amplement. Malheureusement, j’ai été assez conne pour y croire. Tu sais quoi ? J’aimerais que tu sois franc avec moi, que tu me dise vraiment si tu m’as aimé, et si il y a un espoir que tu m’aime encore. Sois sincère, ne me ment pas. Ai la dignité de me répondre sans mentir. Ne cherche pas a me faire espérer, et dis moi ce que tu pense. Ne me fait pas rêver pour que je me fasse encore plus de mal. Dit le moi si ton coeur est déjà pris ailleurs; ça me ferais mal parce que ça voudrait dire que je comptais tellement pas pour toi, que tu as été voir autre pars sans même me donné un temps de réflexion. Après tous ça, je voudrais te demander si c’était une belle histoire pour toi. Si malgré ce qui s’est passé, tu gardes une superbe image de nous deux. Si quand tu parleras de moi ou que quelqu’un prononcera mon nom, tous ces moments passés ensembles parcourront tes pensées. Si quand tu parleras de notre histoire, un sourire envahira tes lèvres, tes yeux brilleront de compassion et à ce moment là des larmes de joie couleront sur tes joues. Je veux juste savoir tout ça, même si par principe et connaissance de cause, la réponse est non.

Donne moi !

Classé dans : Non classé — 24 janvier, 2017 @ 9:19

‘Je veux voler, planer, monter au 7ème ciel. Qu’on me fasse grimper le plus haut, que ça m’fasse boum boum, bim bam en moi. Je veux avoir mal, ressentir des pulsions de désirs, putain, je veux qu’ça brûle, je veux être incendiée d’amour. Je veux pas d’une histoire merdique avec 4 ou 5 je t’aime dans la journée, des bisous toutes les 2 heures. Je veux qu’on me plaque contre un mur, je veux qu’on me contrôle, je veux de l’intensité, fait moi fondre. Je veux pas que ça dure 2 mois, tu m’entends, fait moi vivre autre chose, quelque chose de fort, durant des mois, voir des années, prouve moi que tu me veux putain, bat toi, fait moi rêver, vends moi du putain de rêve à la con! Mort moi, griffe moi, agrippe moi, donne moi du plaisir comme je n’ai jamais pu en avoir. Aime moi comme je n’ai jamais été aimée. Tu comprends ça. Je veux de la frénésie, je veux crier dans tes bras, ne ressentir que des frissons. Offre moi tout ton amour, tes rêves, ton obsession de la vie, de ton indépendance. Je veux tout de toi. Considère moi comme la plus unique des personnes. Gratifie moi de tout, sois différent qu’avec moi, sois unique pour moi. Enlace moi jusqu’à me déboiter les os, je veux que tu me fasse mal. Fait moi comprendre que tu ne veux que mon sang. Que mes lèvres contre les tiennes. Ne t’abstiens de rien, sois imaginaire, découvrons nous l’un à l’autre. Cherche moi, donne moi envie d’être avec toi, aspire mon ultime bonheur. Provoque mon tourbillon de pulsions. Fume diverses de mes pensées. Avale différents de mes fantasmes. Rattrape moi à chaque embuscade. Donne moi tout. Tout. Donne moi envie de crever d’amour!’

J’y croyais, j’y crois plus, aujourd’hui j’ai compris que l’amour détruit

Classé dans : Non classé — 19 janvier, 2017 @ 9:09
 
Je vais tout d’abord m’adresser à toi, à toi mon premier amour .. Tu es celui qui m’a fait découvrir l’amour, tu as été mon premier bisous, mon premier calin, tu as été toutes mes premières fois, sans exception même ma pire souffrance, celui qui m’a blesser, détruit, anéhentis .. Tu m’as détruit moralement et physiquement, tu as été mon conte de fée ensorcellé.
Je m’adresse ensuite aux autres qui n’ont pas compté, auquel je n’es pas réussis à m’attaché car mon première amour me hantais, merci quand même de m’avoir aimé mais je vous est tous oublier vous n’avez pas réussis à me faire rêver. Je m’adresse maintenant à toi, pauvre connard, tu as profité de moi en prétextant ton amour pour moi alors que ce n’étais que du bluff .. toi aussi tu m’as détruit, un seul ne suffisais pas à ce que je vois, la vie voulais m’enfoncer encore plus ..
Enfin tant pis, je me suis relever et j’ai continuer et puis je suis tombé sur toi, charment garçon. Tu m’as fais tourner la tête, je me sentais comme une princesse avec toi. Je t’es aimé cher garçon, beaucoup, beaucoup aimé mais tu m’as jeté 2 mois plus tard sans explication, j’ai souffert pendant des mois de cette rupture. L’amour encore une fois m’a fait du mal .. m’a encore achevé et à commencer à creuser mon trou de mort. J’ai eu beau faire n’importe quoi, tu étais là dans mes pensée.
 
Un jours je t’es croisé, toi garçon à mauvaise réputation. Pourtant tu avais l’air d’avoir souffert en amour et non le garçon qui fait souffrir. Deux mois entiers avec toi n’étais que bonheur, jusqu’au jour où tu m’as trahis toi aussi. Tu m’a oublier le temps d’une soirée dans les bras d’une autre .. j’ai pleurer pour la 1479433779135979413…22684 fois.
Malgré ce cauchemard de trop je t’es pardonné car par amour on fais tout et cela à continuer 4mois, jusqu’a nos 6 mois .. où tu me retrompe. Je me suis laissé berné, manipuler, aveugler .. t’es encore un putain de mec. Oui toi là, tu t’es bien foutu de moi, toi aussi tu m’as fait perdre tout espoir de rencontrer enfin un homme sincère et respectueux envers moi.
Je n’es plus confiance à cause de vous tous, chaqu’un d’entre vous m’avez formé une blessures dans mon coeur comme dans mon corps .. plus de larmes on couler que de battement de coeur j’ai donné.
Pour finir, je t’es rencontrer toi joli garçon au sourire d’ange, tu as été mon coup de foudre, mais je n’es pas voulu tout suite l’avouer à mon entourage, j’ai prétexté que tu m’attirais mais au fond tu me hantais. J’espère que tu ne va pas suivre leurs façon de ce servir de moi et d’aussi creuser un trou plus profond en moi. Tu as désormais ma vie entre tes mains.
 
Merci amour, merci de m’avoir enlever la confiance qui s’est transformé en parano, merci de m’avoir enlever ma joie qui s’est transformé en stress, merci de m’avoir enlever mon coeur qui s’est transformé en trou noir. Enfin, tu as fais quelque chose de bien dans l’histoire, tu m’as rendu plus forte pour me relever, tu m’as appris à me méfier et à ne pas m’égarer. Pour finir chère amour, va bien te faire enculer.

Rupture amoureuse

Classé dans : Non classé — 19 janvier, 2017 @ 8:57

3223882061_1_3_632fyaus

La vodka, ça ne saoule pas. La drogue, ça ne fait pas planer. Un cœur ne sert pas à vivre. L’oxygène n’est pas indispensable. Les fleurs ne fanent pas. La cigarette ne donne pas le cancer. Et je ne t’aime pas. T’as vu un peu comme je ne sais pas mentir ? C’est pas très crédible, je sais. Mais putain, pourquoi on peut pas choisir à la place de notre cœur ? Ma tête me dit de t’oublier, mon cœur te réclame. Je fais quoi moi ? Je divague entre les deux… Je me perd complètement. J’ai du mal à me décider. Un jour j’me dis que je te raye de ma vie, le lendemain j’ai envie de t’embrasser, le sur-lendemain j’ai envie de te jeter une pierre dans la gueule pour que tu comprennes à quel point tu m’fais souffrir. Et il y a des jours comme aujourd’hui, ou j’ai simplement envie de me blottir contre toi. Dans tes bras, contre ton torse. J’ai besoin de me sentir rassurée au creux de tes bras, avoir mon oreille collée à ton cœur et l’entendre battre la chamade comme avant.

 

Pourquoi ?

Classé dans : Non classé — 19 janvier, 2017 @ 8:41
 Je me pose plein de questions dans ce monde plein d’incompréhension.
- Je me demande pourquoi nous percevons tous les mêmes couleurs et que certains les perçois d’une autre façon.
 
- Je me demande pourquoi deux personnes peuvent s’aimer en même temps.
 
- Je me demande pourquoi telle ou telle mots s’écrivent de tel manière et que dans une autre langue l’orthographe change mais pas le sens du mot.
 
- Je me demande pourquoi nous ne parlons pas tous la même langue.
 
- Je me demande pourquoi tout le monde ne roule pas du même sens.
 
- Je me demande pourquoi nous n’avons pas le même gout avec un seul et même aliment.
 
- Je me demande comment nous pouvons communiquer derrière un écran.
 
- Je me demande comment les scientifique savent des choses qui ont excité il y a des millions d’année.
 
- Je me demande comment l’homme change en si peu de temps.
 
- Je me demande pourquoi nous nous ne ressemblons pas tous.
 
- Je me demande pourquoi nous n’avons pas la même couleur de peau.
 
- Je me demande pourquoi nous ne sommes pas tous égaux. Je me demande pourquoi.
 
- Je me demande pourquoi des femmes peuvent avoir des enfants et pas d’autres.
 
- Je me demande comment les gens me perçoivent physiquement contrairement à moi.
 
- Je me demande pourquoi nous n’avons pas les mêmes goûts.
 
- Je me demande pourquoi il y a de la pauvreté et des riches.
 
- Je me demande pourquoi moi et pas un autre.
 
- Je me demande pourquoi vivre si l’on meurt.
 
- Je me demande pourquoi certains parle et pas d’autre.
 
- Je me demande pourquoi certains entendent et pas d’autre.
 
- Je me demande pourquoi tant de questions et de différences.

AMIE POUR LA VIE

Classé dans : Non classé — 12 janvier, 2017 @ 10:09

Les amis, que serions-nous sans eux ? Chaque fois que tu es dans le besoin, ces personnes sont là. A chaque moment de peine, tu sais que eux seront là pour t’écouter et t’aider à avancer. Je ferais dans le cliché en disant que toutes les meilleures amitiés sont celles qui durent depuis des années et qui n’ont jamais eut de bas, parce que un beau jour, on peux tomber sur ces personnes qui chamboulent votre vie comme ça, d’un coup. Tout devient plus beau, plus heureux, plus facile. Et puis au fur et à mesure du temps, ça nous tombe dessus comme ça. Tu t’attaches, tu donnerais tout pour ces personnes. Ce sont les seuls qui connaissent tout de ton passé et qui t’aident à rester fort face au présent. Ces amitiés peuvent aussi naître à travers le virtuel et je ne cesserais de le répéter aux personnes qui pensent le contraire. Ça peut être grâce un idole en commun, une passion commune. Quelques mots échangés puis des heures à parler. Inconsciemment, ces personnes qui au départ n’étaient qu’un nom sur facebook, un user sur twitter deviennent des personnes indispensables dans nos vies. Certains continuent quand même de dire que de vraies amitiés ne peuvent pas se former derrière un écran d’ordinateur, mais, pourquoi pas ? Chaque amitié a sa façon de se former, chacune une raison d’exister. Parce que, rien n’est plus fort que de vrais amis, ils sont ceux grâce à qui chaque obstacle de la vie devient moins insupportable, grâce à qui nous trouvons la force de sourire. Au final, les vrais amis sont ceux que nous considérons comme une deuxième famille.b17b3da9

Tu es ma source de lumiere

Classé dans : Je t'aime — 31 décembre, 2016 @ 5:51

bougie

 

T’sais toutes ces foies où je t’ai dis que tout aller bien. Que j’étais forte, battante et courageuse.
Ouais je sais, ça fait beaucoup de mensonges, tellement de mensonges qu’on arrête de les compter.
Mais je t’en pris pardonne moi, je sais pas ce qui m’a pris de te dire tout ça. J’pense que je voulais pas t’inquiéter. J’voulais pas te faire plonger dans mon monde noir, sans aucune source de lumières, sans aucune étoiles.
Je sais pas ce que je me suis dit en commençant a te parler, te raconter, combien a l’époque j’étais heureuse, joyeuse et combien j’aimais sourire.
Combien j’ai voyagé, espéré pour au final en arriver là.
Je sais pas ce qui ma pris de te dire tout ce que j’ai t’ai dit, sur mon passe, mon présent et mon futur.
je sais pas ce qui ma prit en te parlant de mes projets.
Et puis de toute maniéré tout ça c’est fini, c’est partit, c’est mort.
Comme l’ancienne moi. Elle est morte.
Ah tu le savais pas ? Bah désolée de te l’apprendre si sauvagement.
J’suis bancale, incapable de réfléchir, de te sortir une phrase jolie sans grossierté ou idée noir.
J’suis remplie de maux, tellement remplie de maux, que je deviens un maux a moi toute seule.
Pathétique non ? Ouais mais c’est la vie et c’est comme ça, j’y peux rien, j’ai rien demandé.
Puis j’me suis posée, j’ai réfléchi. A mes années passées, à mes différents, mes peines, mes raisons de sourire, et a toi.
Ouais, j’ai pensé a toi.
J’sais pas pourquoi, dans mon cerveau je voulais penser a tout sauf toi, même à la mélodie que formait mon rire j’aurai accepte.
Mais toi, c’était le pire des châtiment, puis t’es pas partit aussi vite que t’es arrivé, non t’es resté toute une nuit, toute une soirée puis chaques journées.
T’occupes toute mes pensées et bizarrement elles deviennent moins noir, moins grossière, plus jolie.
Et je la voit enfin cette source de lumière dans mon monde totalement et entièrement noir.
J’ai trouvé cette étoile.
Et cette étoile, c’est toi.
Je vais avancer et ne plus reculer.
Je vais construire et ne plus détruire.
Je vais être enfin heureuse .

Mamie , juste un dernier battement de ton , juste un dernier au revoir

Classé dans : Déces,Manque — 23 décembre, 2016 @ 8:05

1503817_274064179413630_503003082_n[1]

 

 

Juste un dernier au revoir, un dernier battement de ton coeur. Et ma vie a complètement basculée du jour au lendemain ta disparue en me laissant sans toi avec les pleures sans tes bras pour me serrer fort contre toi. Du jour au lendemain ta vie c’est éteinte sans qu’on puisse faire quoi que ce soit pour te retenir. Mais comment comprendre que tu ne reviendras jamais, qu’on ne reverra plus jamais ton sourire se dessiner sur ton si beau visage si plein de chaleur. Qu’on ne sentira plus jamais tes bras nous serrer contre toi. Qu’on n’entendra plus jamais tes éclats de rire et encore moins le son de ta voix. J’aurais tellement besoin de repassez tout ses moments avec toi juste une dernière fois. J’aurais tellement aimer être au près de toi cette nuit de cauchemar a te tenir la main quand ton coeur s’est arrêter. Être la a essayé de te redonner vie même si c’étais cause perdue. T’avais pas le droit de m’abandonner comme si on avait rien vécu ensemble. Tu étais beaucoup pour moi. Une maman, une grand mère, un repère et bien plus encore. J’ai beau t’appeler, prier, je n’ai aucune réponse de ta part, ni même du sois disant Dieu qui sois disant existe. J’aurais tellement besoin de te parler pour pouvoir avancer. Parler avec toi comme si tu étais encore près de moi. Une plaque de marbre nous sépare. J’aimerai tellement enlever cette plaque et creuser toute cette terre et m’allonger juste vers toi. Attendre juste une parole juste un geste de ta part. Je ne baisse pas les bras j’essaie juste de garder la tête haute malgré que se mal être s’est installé depuis que tu es partie ma vie est devenue difficile.
Juste un dernier au revoir, un dernier battement de ton coeur. Tu ma crier je t’aime dans mon sommeil avant que ton coeur s’éteigne. Un cauchemar juste celle de ta mort. Ton enterrement pire qu’un déchirement. Mon coeur est fissuré rien ne peut le reconstituer. Je cris dans l’oreille d’un sourd. Dieu ne veux pas entendre les cris il les étouffent avec cette pluie qui coule le long de mon visage. Le beau temps allonger sur l’herbe en regardant le ciel j’attend de voir ton plus beau sourire pour que sur mon visage apparaît mon plus beau sourire celui de mon enfance quand j’étais sur tes genoux. Je me rappelle de tout comme si cetais hier.
Juste un dernier au revoir, un dernier battement de ton coeur. Depuis ton départ la famille c’est briser. Plus rien n’est comme avant, tout a changer. Tu étais le pillier de notre famille. Ton départ a cassé ce lien qu’on avait tous les uns avec les autres. Plus rien n’est pareil. Les larmes coulent encore et encore, personne arrive a consolé cette peine en moi qui brûle mes ailes jour après jour. Ma rage a juste pris le déçu sur la peine que j’ai pu m’infliger a ton égard car ton absence et la seule chose qui peux me tuer a l’heure actuel. Si tu savais juste a quel point je t’aime et a quel point je t’aimerai jusqu’à se que la faucheuse de la mort me prenne dans ces bras. Je t’ai aimer comme personne pouvais aimer un être cher. Pourquoi es tu partie, tu ma laissé sans toi. Pourquoi tu es partie mon coeur ne bat plus sans le rythme du tien. Juste un dernier au revoir, un dernier battement de ton coeur. Je t’aime et tu me manques plus que tout.

 

123
 

Prixcezam2017 |
Bre... |
Jpmldmm |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | feenidsia
| Littleboulette
| Masqueetplume